Sammy Stein était l'invité d'Aude Lavigne pour son émission La Vignette sur France Culture. Il revient sur la genèse du projet "History of the Flûte" et évoque sa façon de travailler (sur ordinateur).

Tout ça en quatre minutes !



Quelques exemplaires de nos derniers fanzines seront disponibles ce week-end à Central Vapeur, sur le stand des Éditions TOMOKO.

Central Vapeur est une association constituée de professionnels concernés par le devenir de l’illustration et de la bande dessinée à Strasbourg et dans sa région. Elle regroupe notamment des collectifs (ex)alsaciens d’édition, mais aussi des auteurs indépendants, ainsi que des acteurs venus d’autres secteurs de la culture.
Elle entend participer avec les institutions existantes au développement de l’illustration à travers l’organisation d’événements, mais davantage encore l’inscrire dans le paysage local. Si tous, membres de l’association ou non, sont susceptibles d’y faire appel, elle  compte dessiner un regard cohérent et exigeant sur l’art qu’elle défend. Ses formes les plus populaires comme les plus expérimentales sont passées au tamis de sa direction artistique, refusant avec force l’idée d’un « tout se vaut ».
Central Vapeur ne se prive pas plus de montrer sur place le meilleur de la production nationale ou européenne, que de défendre la qualité des créations locales, et d’aider à leur identification.

Un grand merci à Églantine !



Les photos d'Ed Panar ne laissent pas indifférents et sont toujours pleines d'humour. C'est en tout cas ce que je ressens en premier lieu quand je regarde son travail. Bien sur, c'est aussi et surtout un photographe "auteur", avec un style et des clichés travaillés,  mais malgré quatre livres personnels et de nombreuses expos, on retrouve toujours cet humour si caractéristique.

Une constatation que ne viendra pas faire taire son dernier projet "Animals That Saw Me", publié par The Ice Plant (l'exigeant éditeur qui a récemment publié Jason Fulford, auteur de The Mushroom Collector dont je parlerais plus tard mais qui a déjà largement retenu l'attention des bibliophiles).

Ce que j'apprécie chez Ed Panar, c'est cette façon de collecter des centaines de photos atypiques, qu'il semble finement et patiemment classer pour au final proposer ce genre de projet.

On se souvient aussi de l'excellent "Same Difference", publié chez Gottlund Verlag et désormais épuisé.

Je reproduis les photos disponibles auprès d'Ed, je n'ai donc pas encore vu le livre et ne peut me prononcer sur sa fabrication.

Dan Abbe, de American Photo Mag, vient de consacrer un entretien avec Ed Panar au sujet de ce projet :

Ed Panar : Animals That Saw Me 
An abstract photographer meets and greets animals in his new book
When I called Ed Panar for this interview, he was on the west coast, taking a short trip after having just moved from New York to Pittsburgh. It seems fitting, since Panar, who's about to publish his third photography book, has already built up an impressive body of photographs taken all over America.
For the most part, his subtle color photography has mined the territory of what he calls “the edges or background of the human scene.” His 2007 book “Golden Palms,” a study of Los Angeles, exemplifies this approach: the photographs hone in on the patterns or textures of objects. For Panar’s photos, the light falling on the hood of a car, or the way a plant grows through concrete, holds as much meaning as the people who live with these things. In fact, he almost never photographs people, which has made his work fairly abstract.
Panar studied photography in school, and has found an appreciative audience for his quiet photographs, but his new book, “Animals That Saw Me,” seems bound for wider acclaim. “Animals” (published next month by The Ice Plant) does exactly what it says on the cover: each photo is a memento of an extra-human encounter. He says it’s his “tribute to living beings,” and if you can pick up on the humor in that statement, you’re on the right track.
Panar takes a light approach to his work, which extends all the way to the CV section of his website, which may include the best jokes on the photography internet—if you can find them. While there’s clearly something funny about faux-portraits of animals, Panar also sees his more abstract photos in the same humorous way. In this interview, he talked about his editing process, the relationship between his different projects, and why “Animals That Saw Me” could help explain all of his other work.
For this article, Ed was kind enough to create a unique edit with 19 photographs spanning his body of work, including some images from the “Animals That Saw Me” series which were not included in the book. See the gallery above.
The photos in “Animals That Saw Me” were taken over 17 years, but you couldn’t have planned to make this book way back then. How did the book come together?
My photo process, besides shooting as much as possible, involves sorting through stacks and stacks of pictures. I really enjoy looking through my pictures and adding to this ongoing archive. When I’m sorting through them, sometimes I’m organizing by place, while sometimes I do have a project. For “Animals That Saw Me,” it just emerged out of this ongoing collection of animal pictures I started to notice I had. Sifting through and looking a little closer, I started really noticing pictures where there was this one-to-one interaction, or a feeling of connection, or awareness between me and the animal. I came up with the title a few years ago, as a way to describe those pictures. (I think I remember laughing really hard when I thought of it.)
I start to notice things emerging from my shooting, but I wouldn’t call it completely unconscious or anything. The first step for me is always looking at the pictures. It sounds obvious, but it's a time consuming process. Editing only really becomes possible for me once I have spent a certain amount of time with the pictures. When I recognize something from my editing, and it starts to feel like it has some potential, I spend some time with it and work on pulling those pictures together, looking at them in different formats.
What do you mean by formats?
I want to look at them digitally, I’m looking at them on my computer, printing them out, I’m looking at c-prints, I’ll make a print on demand book, just to try to see them in as many different contexts as possible. It’s a fun thing to do, and I also feel it’s a way to manage all these piles of pictures. As I get more and more familiar with the pictures, some of these threads become more apparent. I just keep stirring the pot and eventually things become clearer. Then I’ll follow up [with new work], so a lot of the photos in “Animals That Saw Me” are new, because ever since I came up with the title I was more open to those pictures.
So are you always walking around with five or six different threads in mind?
I try to set it up in a way where I’m doing what I’m doing, and not really thinking about it too much, unless there is a specific project I’m trying to finish. Usually I’m not building projects consciously when I’m out shooting. I’m just trying to make new pictures. There are threads, or things I’ve been thinking about, but I don’t ever feel like, “today I’m going to go outside, work on this project and in this way.” But I do try to make myself go out and shoot!
The nature of this project is that some of these photos may appear elsewhere. You know, there are photos of animals in “Golden Palms.” If I did another volume of “Animals That Saw Me,” they could appear there. It’s a project that could overlap others. I don’t think of them as exclusive to one project, in this case.
The title page of the book does say “Animals That Saw Me: Volume One.” That’s not totally a joke?
Not totally! It definitely was a joke, at first. It seemed to make it even more absurd in some way, but of course I would do another one, if it made sense. This project seems like it’s sort of a sub category of my work in a way. I’ve been honing in on this one particular idea, and I feel like it’s not something I’m going stop shooting. I’ll always be ready with my camera, or hoping I am, when I have that next animal encounter. Since I don’t take photos of people, this is sort of like my tribute to living beings. [laughs]
It seems like focusing on animals should make this book pretty accessible to people.
Lately I’ve been thinking how, to me, all the pictures I’m trying to take are just like the animal pictures. From very early on I have been drawn to spaces, objects and the evocative atmosphere that they seemed to emit. I like to think that you can make a “portrait” of a landscape, or of any object of any size. We look at humans or living creatures differently than the objects surrounding us—but to me, there’s an equal footing for those things. That’s why I’m thinking that “Animals” could be seen as a kind of decoder ring for some of my other projects. I think if you get that sense of humor, maybe it can carry over to some of the other pictures. I doubt I’ll do anything with this type of appeal in the future!

> Disponible en pré-commande chez The Ice Plant


8 / 11 / 11 

À noter dans vos agendas



Yassine, de l'excellent blog Lezinfo, se lance dans un nouveau projet : une émission radio mensuelle.

Le 2ème dimanche de chaque mois / 19H-20H / Radio Campus Paris 93.9 FM
Le gratin est une émission de radio mensuelle sur radio campus Paris. Je recevrais la fine fleur du monde des arts graphiques. Dessin, illustration, bande dessinée, dessin animé, Graphisme, imagerie populaire, art modeste, art brut, … Cette émission souhaite proposer une réflexion sur tous ces domaines à travers de longs entretiens d’une heure avec des artistes ou des spécialistes.

 Premier invité, Blexbolex, que Yassine a rencontré en juillet dernier, en Allemagne, où le dessinateur vit désormais.

"Pensé au départ comme un simple podcast pour accompagner lezinfo, c’est devenu grâce à Radio Campus Paris une vrai émission de radio qui sera diffusé sur la FM. Elle sera bien entendu disponible chaque mois en podacst sur le site de Radio campus et sur ce blog.
La première émission, imparfaite a bien des égards peut être considérer comme le pilote. Mais elle n’est pas a négligé pour autant car je reçois un invité de marque en la personne de Blexbolex".
L’invité : BLEXBOLEX
Français - Né en 1966 à Douai. 
 Après un passage aux Beaux arts d’Angoulême. Dans les années 90 il découvre la sérigraphie et apprend les techniques de l’édition. Il publie de nombreux livres en sérigraphie. Il deviens directeur ce collection chez Cornelius à la fin des années 90. Depuis 2004 il multiplie les publications chez divers éditeurs, notamment des illustrations de livres pour enfants (Le seuil , Albin Michel , Thierry Magnier) ou pour adultes (Les requins marteaux, Cornélius, Le dernier Cri, CBO)
Il vit et travaille à Leipzig (Allemagne)

Émission à suivre le deuxième dimanche de chaque mois sur Radio Campus.



Le "vrai" Tell mum everything is ok bientôt ...

Suivez notre actu sur notre page :



J'ai eu la désagréable sensation cet après-midi de recevoir une "alerte" dans mes mails : le nom "Tell mum everything is ok" étant protégé, son utilisation est strictement encadrée. Or, une photographe en fait usage pour une exposition à Caen ce mois-ci
L'expo a d'ailleurs été repoussée, car j'avais déjà cherché à entrer en contact avec cette photographe au mois d'avril dernier. Sans réponse depuis.

Je ne conteste pas l'utilisation de ce nom, mais je pense simplement qu'une banale recherche sur internet aurait suffit pour se rendre compte de la nécessité de chercher un autre titre d'exposition...



Brève parue hier sur le site de la Charente Libre

Ça s’annonçait plutôt comme un moment décalé et drôle. Ça a fini par tourner au vinaigre. Samedi, le collectif d’auteurs de BD Les Requins Marteaux et la Production Ferraille ont installé leur Syndicat d’initiative itinérant de Villemolle dans l’espace d’Art contemporain de Royan. Le vernissage de cette exposition loufoque, centrée sur un village fantoche, était précédé de quelques moments «officiels» avec la ville. Sauf que les élus de Royan n’ont visiblement pas goûté à l’humour décalé des Villemollois.
Les élus de Royan ont pris la mouche en découvrant cette caricature au vitriol du petit monde de la politique rurale. Didier Quentin, le député-maire (UMP) de Royan, a donc refusé de se rendre par la suite au vernissage de l’exposition.
C’est son adjointe à la culture qui est montée au front. Véronique Willmann a prononcé un discours gêné dans lequel elle estime que Royan a été pris en «otage par les requins marteaux. Nous n’avions pas été préparés à ça». «Comme disait Pierre Dac, on peut rire de tout mais pas avec tout le monde», rétorque l’un des assistants du maire de Villemolle. Qui lui-même a conclu les discours avec une pirouette en citant un célèbre villemollois: «On peut rire avec n’importe qui mais pas n’importe où».




Avec :

FERN KINNEY - Baby Let Me Kiss You - VA : Lindstrom Late Night Tales - 2007
INFERNO FEAT. LUNAR HEIGHTS - J-Boogie Dubtronic Science - 2008
SAN PEDRO EL CORTEZ - Ratas - El Vals Mefisto - 2011
JOHN LEYTON- Johnny Remember Me - It's Hard To Believe It The Amazing World Of Joe Meek
OCCULT DETECTIVE CLUB - Jealous - Tortures - USA, 2010
FINALLY PUNK - Boyfriend Application - Primary Colors - 2007
THX - Telestar - Cobra, France, 1978
ALTERED IMAGES - I Could Be Happy - Pinky Blue - 1982
48 CHAIRS - Psycle Sluts - Snap it Arounf / Psycle Sluts 7''
LUTHER DAVIS GROUP - You Can Be A Star - Science Class Heavy Funk + Raw Disco Soul
HARUOMI HOSONO - Kanashimi no Lucky Star - Victor Entertainment, Japon, 2011
JAMES FERRARO - Life In A Day - Hippos In A Tank, USA, 2011
THE FREE DESIGN - Kites Are Fun - Kites Are 



FUZI vient d'anoncer la sortie de la version collector de son livre "FLASH TATTOO COLLECTION N°1"
Disponible en seulement 50 exemplaires, cette édition est réalisée avec une machine à alcool (duplicateur utilisé autrefois dans les écoles), et est numérotée et signée. La couverture est sérigraphiée et contre-collée. 

> Prix de vente : 100 euros



Ce week-end c'est le Salon Light à Paris. Cette année, le CNEAI s'est associé à Charlotte Cheetam, la blogueuse, pour préparer cette huitième édition. 

Parmi les éditeurs invités, on retrouve quelques noms familiers comme les excellents belges de Art Paper Edition ou les suisses Nieves. Les autres noms ou collectifs me sont peu connus. On pourrait donc parier que, pour une fois,  ce salon présente une certaine nouveauté, et pourquoi pas un semblant de "fraicheur", mais on peut dès lors s'assurer que la grande majorité se fondera dans une homogénéité presque parfaite... 

Ce salon est attendu car on y trouve en général des livres peu diffusés, et aussi une sorte d'avant-garde graphique (à débattre). Le souci, c'est qu'en s'associant à Charlotte Cheetam - Manystuff, le CNEAI renforce la position dominante de ce blog et de sa fondatrice, au détriment des autres commentateurs du milieu, sans doute moins visibles mais au moins autant intéressants et passionnés.

À voir, sur place, du vendredi 21 au dimanche 23 octobre 2011, au Point Éphémère.

> Salon Light #8



Aude Lavigne a récemment reçu Anouk Ricard pour un entretien autour de sa nouvelle bande-dessinée, "Coucous Bouzon".

Je vous recommande d'ailleurs cette excellente bd que j'ai eu plaisir à découvrir récemment chez Oriane Dufort.



Claire vient de terminer la conception graphique de "René et Jean", premier livre de Lolita Bourdet, jeune photographe qui a remporté le prix SFR Jeunes Talents en 2010.
C'est un très beau petit livre qui revient avec tendresse (si, si) sur l'environnement respectif des grands-pères de Lolita et sur la relation qu'elle entretient avec eux. Avec de nombreuses lettres manuscrites reproduites et des extraits d'entretiens menés par Lolita ces dernières années, on y découvre deux personnes qui ne se connaissent pas mais qui lui sont très familiers, et dont elle pointe ici les similitudes inattendues dans leur façon d'aborder le quotidien de la vie. 

Le livre, co-publié par Filigrane et Le Bal, est évidemment parfaitement imprimé et façonné. J'apprécie particulièrement le rythme créé par ces encarts qui reprennent, à un grammage plus faible, le papier de couverture.


Lolita Bourdet sera en dédicace ce soir, jeudi 20 octobre dès 19 heures, au BAL, 6 impasse de la Défense, Paris 18.

+ d'infos sur le projet : site de Filigrane



Dès que j'en ai l'occasion j'essaie d'avancer sur un projet perso d'édition...

Cette photo a été prise dans l'avion qui nous ramenait de Glasgow vers Paris. Le grain est prononcé car c'est une 3200 asa sous exposée. Le hublot était pas clean aussi. 




Avez-vous déjà fait le trajet Saint-Gilles - Paris à 90 km heure avec un seul rétro (fissuré en étoile) ?

bah, c'est chiant.

Les Éditions FP&CF vont progressivement investir un nouveau local sur Montreuil (note aux colocataires : on se fera tout petit).
On aura plus de place pour manipuler le riso, ce qui n'est pas rien pour qui a déjà assisté à une séance d'impression...

+ d'infos prochainement !



J'ai toujours aimé recevoir du courrier, ça prouve que l'on existe ailleurs pour d'autres personnes et puis c'est aussi toujours plus flatteur de prendre une poignée d'enveloppes devant ses voisins plutôt que rien du tout. C'est clair que je ne reçois plus autant de "chaines" qu'avant (même plus du tout en fait), mais malgré tout, il m'arrive encore de trouver une carte ou une lettre dans le bordel de pubs qui me sont quotidiennement adressées. 

D'ailleurs, en fin de semaine dernière, c'est justement une invitation sous forme de carte postale que nous avons reçu au siège des Éditions FP&CF :

Emmanuelle Fructus invite Le_Le / David Lebreton et Julien Lelièvre pour la sortie de leur nouvelle édition "Traitements croisés n°02".

Le vernissage a lieu le 3 novembre, au 17 rue Alexandre Dumas, Paris 11ème. Une exposition suivra cette soirée jusqu'au 5 novembre.

J'en reparlerais début novembre, dans tous les cas, je suis bien content que des gens pensent à envoyer des invitations papiers à l'heure des "événements facebook".



En ce moment, c'est un peu compliqué. Je vais être assez occupé loin de cet écran, du coup, pour patienter, je vous présente une image d'un projet en cours.


l'idéal est de cliquer sur l'image car la compression la rend assez vilaine en petit.



En juillet dernier, Simon de Reyer me faisait parvenir un exemplaire de son premier fanzine : Aristotle was wrong. Nous avions échangé par mails au sujet de ce projet d'auto-édition, notamment sur le choix d’utiliser le riso comme technique d'impression.

Pour diverses raisons, je n'en parle que maintenant. 

C'est un joli recueil de photos noir et blanc - couleurs, imprimé par Après Midi Lab en 143 exemplaires (drôle de choix, mais je trouve ça plutôt intéressant). 
L'editing est bien maitrisé sur ces 32 pages, même si quelques photos restent malgré tout anecdotiques par rapport à l'ensemble.
Malgré tout, certaines associations d'images fonctionnent très bien et le choix de passer quelques photos en quadrichromie est du plus bel effet.  

Aristotle Was Wrong
L idée de réaliser ce zine s est en fait imposée d elle même sans que j y réfléchisse vraiment. Ce fut d une part une réaction catharsique par rapport a des évènements de ma vie personnelle et d autre part en réaction a l accumulation de photos qui ne vivaient que dans le plasma de mon ordinateur.Et surtout l envie de partager tout simplement avec les autres le travail. Je crois au faire.
L idée de fabriquer un « objet » qui pourrait vivre sa vie de lui même me plut et bien sur il y a aussi l influence du boom de l'auto-édition que l on retrouve partout en ce moment qui me fit sauter le pas. N'y connaissant rien a l édition j ai du tout apprendre par moi même, et j apprends encore. Financièrement je ne voulais pas que le prix du zine soit supérieur a 5 euros, et la question fut,qu'est ce que je peux avoir pour ce prix là. Et ce fut assez intéressant cette chose de la limite financière, car finalement elle guide beaucoup de décision artistique.
Le format A5 concrètement est dicté par mon budget. Par rapport a l impression, comme je n y connaissait rien, j ai passé pas mal de temps a regarder ce qui se faisait. J ai tout de suite abandonné le laser pour ce projet car je trouvais le rendu trop plat et sans relief. J ai essayé de voir du coté de l offset classique, mais la pareil impossible de trouver quelqu un pour un tirage de 150 exemplaires .En cherchant a droite a gauche je suis tombé totalement par hasard sur le RISO. Et le relief que le procédé donne aux images me plut aussitôt(je trouvais quelque chose de similaire, bien qu'il n y est pas de comparaison possible, avec le procédé fresson pour le relief et le rendu très pictorial).Après coup je me rends compte maintenant que j ai inventé l eau tiède avec le riso(je ne pensais pas que c'était si a la mode), et aussi que concrètement toutes les images ne fonctionnent pas avec le riso.
Ce qui m amène a me poser la question de comment tu fais un livre ou un zine, car ce n est plus forcément l editing qui va être au centre de la question mais du coup aussi la technique d'impression. Et cela pour moi t amène a réfléchir a des question qui dépassent purement le médium photographique pour te faire arriver a la question du livre en tant qu'objet. J aimerais bien continuer a explorer les possibilités du riso , mais je me pose la question de l editing. A quel niveau mon editing est il influencé par l impression et vice versa. Et même au niveau du contraste des images, le procédé ne rends pas son meilleur pour les dégradés de gris, donc je fais quoi avec une image qui n est pas super contrasté?qu'est ce que tu veux dire, et avec quels moyen le dis tu?.
Pour le graphisme c est pareil, je n y connais rien et faisant tout moi même j ai préféré rester « classique ».j ai juste regarder des blogs sur internet, passé des après midi a la fantastique librairie de la MEP pour voir un peu quelles étaient les règles d un livre (si règle il y a). Et c est vrai que quand tu regardes la culture et le savoir faire des néerlandais ou des japonais pour les livres ca donne des envies. Je suis en train de préparer deux nouveaux projets d impression, je sais pas encore quelle forme cela aura, je cherche encore quelle impression utiliser et concrètement cette fois j ai envie de collaborer avec un graphiste pour les maquettes.
En tout cas pour moi cet espace d'entière liberté artistique de l auto-édition n a pour limite que ta propre imagination. Et je crois au faire faire faire. Car c est comme cela que l on avance. On fait des erreurs et on apprends d elles. Tu découvres aussi de nouvelles perspectives et de nouvelles portes aussi s ouvrent. Et tu deviens plus précis dans ce que tu veux dire aussi je pense.

Texte écrit par Simon en réponse aux questions que je lui avais adressé en juillet dernier.

> Pour acheter le zine sur le site de Simon ou consulter les (nombreux) points de vente.